Navigation – Plan du site
Varia

Réponse à Fabian Heubel

François JULLIEN

Texte intégral

1Il n’y a pas dia-logue entre Monsieur Fabian Heubel et moi-même.

2Dans nos quelques rencontres, Fabian Heubel a, chaque fois, attaqué d’emblée mon travail sans commencer de m’écouter. Ce qui le conduit à une présentation caricaturale, étonnamment réductrice, de mes concepts, notamment d’écart et d’entre ; ainsi que de ma stratégie philosophique, qui n’est pas du « comparatisme ». A-t-il commencé vraiment de me lire ? Il est notamment dommage que Fabian Heubel n’ait pas ouvert celui de mes livres qui traite directement des questions qui le concernent ici : De l’universel, de l’uniforme, du commun et du dialogue entre les cultures, Fayard, 2008, pourtant largement accessible puisque traduit, entre autres langues, en allemand (Merve) et en anglais (Polity) et à paraître en chinois cette année (Presses de l’Université de Pékin).

3Je me demande si l’ « auto-blocage » qu’il décèle dans ma pensée ne serait pas la projection du sien.

4Sur tous les points néanmoins intéressants abordés dans le texte de Fabian Heubel (métissage, modernité de la culture chinoise, transculturalité et mondialisation, etc.) et pour ouvrir effectivement le débat, je souhaiterais que le lecteur se reporte à la mise au point que j’ai faite dans la postface de mon dernier essai : De l’être au vivre, lexique euro-chinois de la pensée, Gallimard, 2015, et dont le titre est lui-même significatif à cet écart : « De l’écart au commun ».

5Ensuite, à chacun de bâtir sa propre réflexion.

6François Jullien

7Le 03/09/2015

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François JULLIEN, « Réponse à Fabian Heubel », Transtext(e)s Transcultures 跨文本跨文化 [En ligne], 9 | 2014, mis en ligne le 05 octobre 2015, consulté le 21 août 2017. URL : http://transtexts.revues.org/567 ; DOI : 10.4000/transtexts.567

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org