Navigation – Plan du site

Editorial

[Version Française]
Florent VILLARD

Texte intégral

1La thématique de ce nouveau numéro de Transtext(e)s offre l'occasion de lever un malentendu récurrent autour de la signification du concept de transculturel en précisant au passage ce à quoi il ne correspond pas. Les Etudes transculturelles se situent dans des imaginaires théoriques à l'exact opposé de celles auxquelles on ajoute le substantif interculturel, terme considéré trop souvent, par ignorance et manque de rigueur intellectuelle, comme synonyme du précédent.

2La perspective interculturelle dont l'humanisme creux vante la tolérance et le respect de la diversité culturelle décline aujourd'hui son discours hégémonique dans toutes les disciplines et se trouve parfaitement instrumentalisée par le langage a-critique du marketing et des Business school. Le « dialogue des cultures » et la mode des « produits ethniques » répètent dans la sphère marchande, en se conformant aux exigences d'efficacité économique de cette dernière, une interprétation culturaliste des sociétés humaines telle qu'elle fut élaborée au XIXe  siècle dans le cadre de la construction des états nationaux modernes.

3Le discours interculturel légitime une représentation du monde où, dans une logique heideggérienne,  une population se confond de manière systématique avec une langue et une culture homogène. Cette équation culturaliste constitue un postulat nécessaire pour concevoir le monde comme fragmenté en communautés nationales et civilisationnelles. L'approche transculturelle signe au contraire le dépassement d'une définition anthropologique de la culture périmée par l'histoire de la modernité coloniale et politiquement inquiétante car intimement associée aux idéologies ethnicistes et nationalistes.

4Sans nier l'importance de cette lecture interculturelle du monde dans les imaginaires sociaux contemporains, la critique transculturelle veut rendre son historicité et révéler la portée idéologique de cette approche.

5La dimension performative et réifiante de celui qui fabrique et diffuse les catégories identitaires du culturalisme constitue l'angle mort du « dialogue des cultures ». Réintroduire la question du pouvoir dans le discours interculturel permet de reconnaître son constructivisme implicite et d'accepter, avec Christine Delphy, que « la hiérarchie ne vient pas après la division, elle vient avec – ou même un quart de seconde avant -  comme intention. Les groupes sont créés dans le même moment et distincts et ordonnés hiérarchiquement ». La conjoncture historique postcoloniale du monde exige de penser la multiplicité, le métissage, l'hybridité en se libérant des anciennes épistémologies dominantes, catégories normatives d'identification, de classement et de contrôle des identités.

6Penser non pas « entre » mais « au-delà » et « à travers » ces catégories culturelles en s'intéressant à la circulation diasporique des pratiques, des textes et des imaginaires sans oblitérer la question du pouvoir constituent l'ambition de ce journal. Les contributions de ce septième volume sur la thématique « Identités transculturelles et circulation des imaginaires » s'inscrivent totalement dans cet esprit. C'est le cas du texte lumineux de Sophie Coavoux autour de la question de l'identité culturelle, ethnique et de genre dans Loaded (1995) de Christos Tsiolkas et Middlesex (2002) de Jeffrey Eugenides. Originaires de la diaspora grecque aux Etats-Unis et en Australie, les protagonistes de ces deux romans « semblent être pris dans une série de dilemmes identitaires ». Ils tentent d'échapper aux catégories et aux définitions auxquelles la société, ses discours et ses institutions, les assignent.

7Dans son étude sur la représentation des chinois et la question du casting multi-ethnique dans le « théâtre interculturel », Vanessa Lee révèle avec talent les difficultés persistantes de la scène théâtrale européenne et américaine pour s'affranchir des vieux stéréotypes orientalistes et dépasser une perspective occidentale ethnocentrée, notamment dans le choix des acteurs pour interpréter des œuvres empruntées à un répertoire non-européen.

8Wu Yujun propose une approche historique et philosophique afin d'affronter la problématique récurrente de la construction d'une identité nationale chinoise dans la modernité. Son interprétation dialectique solide confirme l'importance cruciale de la figure de l'Occident comme « autre » dans  l'avènement d'une conscience nationale chinoise moderne.

9Dans ses « propositions théoriques pour les études asiatiques », Michael Dutton se demande pourquoi les « Area studies » s'avèrent incapables de se libérer d'une méthodologie descriptive où l'Asie reste toujours confinée dans son statut de terrain de recherche et d'objet d'étude appliquée. L'auteur fait un usage brillant des outils théoriques de la critique postcoloniale pour interroger les effets épistémologiques d'une histoire euro-américaine qui a rendu impossible la production d'une pensée théorique à partir d'un contexte géographique et empirique asiatique.

10Les relations complexes entre l'industrie du luxe, l'art contemporain et les identités culturelles constituent la problématique auquel se confronte Gilles Guillot dans son article sur la stratégie commerciale de Louis Vuitton à Taiwan. L'auteur propose une critique convaincante de la politique du groupe français qui s'empare de l'espace publique et s'approprie des éléments du patrimoine culturel et artistique local dans une logique d'implantation de son image à Taiwan et en  Asie.

11Raphaël Languillon-Aussel se situe dans la longue durée pour analyser l'imaginaire social du Japon contemporain. A partir du projet architectural « Tokyo Sky Tree », il propose une réflexion originale sur la « culture du flux, de l'impermanence et de la renaissance » dans une société japonaise marquée par la conscience historique de sa vulnérabilité.  

12En conclusion du présent volume de Transtext(e)s, l'essai dense du critique littéraire Geng Zhanchun 耿占春 propose un commentaire sur une collection de poèmes composée par le poète du Xinjiang Shen Wei 沈苇 au lendemain des émeutes du 5 juillet 2009 à Urumqi. Conséquences des pratiques coloniales de la présence chinoise au Xinjiang, l'explosion de violences inter-ethniques entre Han et Ouigours - qui s'est traduite par la mort d'au moins 197 civils (surtout des Hans) et l'arrestation de plusieurs milliers d'émeutiers - faisait suite au lynchage de deux ouvriers ouigours dans une usine de jouets à Shaoguan (Guangdong). Evoquant la censure sur ces évènements, Geng Zhanchun constate que le vide de commentaire dans l'espace social et numérique chinois fut rempli par le monologue contradictoire de médias officiels dont la caractéristique principale est « d'avoir une bouche mais de manquer d'oreilles ».  Ces poèmes, écrits quelques jours après le drame, constituent le témoignage unique de la voix « indépendante et subjective d'un individu qui connait intimement ces évènements ». Grâce à la poésie, Shen Wei offre un espace de liberté réthorique singulier dans le contexte étouffant de l'époque. En inventant « une nouvelle langue qui s'élève sur le cadavre de l'ancienne », il révèle les non-dits et les zones d'ombres de ce conflit désormais manifeste et propose une narration poétique de la situation sociale et historique tragique des « territoires de l'Ouest ».

135 juillet
Quelques cent quatre vingt dix catastrophes surplombent quelques cent quatre vingt dix cadavres
comme si quelques cent quatre vingt dix âmes flottaient dans le ciel en crachant de la fumée
Désormais, le chagrin comme lien du sang, comme souverain, comme ce qui nous unit les uns aux autres
Sous le toit renversé, l'espoir que dieu pardonne à la nature humaine toujours défaite
Démons et monstres réveillés errent dans les rues et les allées, commettent des crimes odieux
La peur transforme la ville en son oasis de divertissement

147 juillet
Gourdins en main, des Hans déambulent dans les rues
Comme des guerriers dans la jungle
Comme si l'âge de pierre était de retour
Une vigilance postmoderne accrochée au coin de la lèvre
Des bandits fuyants à la débandade se dispersent en petits groupes
Dans les caves les plus reculées, ils reniflent
Leurs rêves de flammes et de méchoui
(...)

15Cité dans Geng Zhanchun, « Quand les souffrances s'affrontent : Une interprétation de [Requiem], collection de poèmes composée par Shen Wei, poète du Xinjiang ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florent VILLARD, « Editorial », Transtext(e)s Transcultures 跨文本跨文化 [En ligne], 7 | 2012, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 17 août 2017. URL : http://transtexts.revues.org/477

Haut de page

Auteur

Florent VILLARD

Florent Villard is Maître de conferences at the University of Lyon 3. His doctorate on the Chinese theoretician Qu Qiubai (1899-1935) was completed in 2004. His current research focuses on language and nationalism, and cultural history.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org