Navigation – Plan du site
Imagining the Transcultural

Adresse plurilingue et pratique contre-orientaliste

Version française
Thomas Lamarre
p. 58-60

Texte intégral

1En 2003, dans une nouvelle postface à Orientalism intitulée « L’Orientalisme, 25 ans plus tard », Edward Said relevait que la compréhension générale du Moyen-Orient, des Arabes et de l’Islam ne s’était pas vraiment améliorée depuis la publication de son livre. A la suite des évènements du 11 septembre 2001, de l’invasion illégale et de l’occupation impérialiste par les Etats-Unis et la Grande-Bretagne de l’Afghanistan et de l’Irak, les représentations du Moyen-Orient ont renforcé l’idée d’un implacable choc des civilisations. Contre toute attente, ironiquement, l’Orientalisme a survécu et se porte très bien. Et toutes les questions que le travail de Said avait soulevées à l’origine resurgissent et sont de nouveau urgentes. Quelle est précisément la relation entre représentation et impérialisme ? Les fondements de l’impérialisme sont-ils si profondément ancrés dans des représentations erronées de ses Autres, accumulées au fil du temps, qu’il ne peut fonctionner sans elles ? Une critique efficace de ces représentations systématiques de l’ « Orient » - ou de l’ « Asie », cette autre construction discursive presque fantastique – permettra-t-elle de mettre fin à l’empire ?

2Vingt-cinq ans après Orientalism, Said en appelait à un « humanisme mondial » en opposition à l’impérialisme (donnant à sa postface le sous-titre : « L’humanisme mondial contre les faiseurs d’Empire »). L’ouvrage proposait cependant à l’origine un plus grand nombre de possibilités de penser l’Orientalisme. Certains dirent en fait que trop d’approches différentes étaient proposées car, comme l’ont affirmé de nombreux analystes, cet ouvrage ne parvient pas à dire si l’Orientalisme est (a) la représentation erronée systématique d’une région, (b) un phénomène naturel qui pousse les hommes à « rendre-autre » de manière ethnocentrique (à établir une conscience de soi à travers l’invention et la dépréciation systématique d’un autre), ou (c) une formation du savoir historiquement datée, c’est à dire, une forme de pouvoir disciplinaire. Tout en reconnaissant la force morale des arguments de Said, Aijaz Ahmad, par exemple, a démontré avec lucidité dans ses écrits comment les nombreuses attaques de Said contre l’Orientalisme ont produit un mélange confus de postures incompatibles. C’était comme si, emporté par son indignation vis à vis du mépris continu des Arabes, de l’Islam et du Moyen-Orient dans les académies occidentales, Said avait lancé son filet si loin que presque toute représentation d’un Autre de l’Occident, quel que soit le moment historique, semblait être constitutive de l’Orientalisme.

3L’étendue des applications de l’Orientalisme, sa fluidité et l’infini de son contenu continuent de troubler certains analystes. Certains ont affirmé que tout le tapage autour de l’Orientalisme était simplement un moyen de mettre l’accent sur un problème – celui du pouvoir et de la représentation – sans apporter un éclairage véritable sur la manière dont le pouvoir ou la représentation fonctionnent (au-delà d’une dialectique soi/autre aplanie). Et pourtant l’aspect variable des analyses de l’Orientalisme par Said est-il vraiment un tel handicap à l’heure actuelle ? En Amérique du Nord au moins, le livre de Said a eu un effet particulièrement important et salutaire au sein du monde académique, spécifiquement dans le champ des dites Aires Culturelles. Ses questions sur la représentation et le pouvoir ont obligé les chercheurs à mettre en cause les stratégies de représentation au sein du monde académique et à penser en termes de formations savoir/pouvoir pour la première fois. Ce fut une révélation pour tous ceux qui avaient intégré le champ des Aires Culturelles avec pour unique objectif de générer des données scientifiques positivistes en lien avec l’étude de pays étrangers sans penser aux effets produits par cette organisation du savoir et sa construction disciplinaire.

4Le vaste espace critique de l’Orientalisme est, en effet, l’un des points de départ de Transtext(e)s Transcultures, et de l’exploration, dans ce premier numéro, du pouvoir et de la représentation à partir de différentes perspectives, en gardant toujours un l’oeil sur les représentations « occidentales » des autres – ou, plus précisément, sur comment l’histoire moderne ou un sujet moderne s’ouvre à l’altérité. Que faisons-nous de la répétition de la question Orientaliste et des effets de l’Orientalisme dans différents contextes ? S’agit-il d’ethnocentrisme en général, de la subjectivité en général, de la représentation en général ? L’ethnocentrisme occidental possède-t-il une caractéristique spécifique qui entraîne l’Orientalisme ? Si c’est le cas, quand et comment cela se produit-il, et comment cela évolue-t-il ? De telles questions ont fait surface dans le sillage de Orientalism, lorsque des chercheurs du Japon, de Corée ou de Chine, par exemple, se sont rendu compte qu’un même processus d’« orientalisation » était à l’oeuvre sous de nombreuses formes dans les constructions académiques de leur Orient, c’est à dire l’espace géographique connu sous le nom d’Asie du Nord-est. Bien que les pays cette région aient connu l’impérialisme Occidental et aient été soumis à des formes analogues de savoir « orientalisant », les effets de l’Orientalisme ont été différents selon les pays. S’agissait-il en fait d’ Orientalismes différents ? Ou bien simplement du fait qu’un pays tel que le Japon avait répondu de manière différente à l’impérialisme Occidental et développé à son tour son propre positionnement « orientalisant » envers ses colonies impériales de l’Asie de l’Est et du Pacifique Sud. Le problème de l’Orientalisme se mêle ici à celui de la modernité occidentale dans un processus de rupture et de réinscription. De même, la question du pouvoir et de la représentation croise celle du langage et de l’adresse. Finalement, qu’est-ce que l’effet orientaliste, sinon un mode d’adresse qui crée l’impression de se sentir chez soi dans la langue ? Comme l’atteste les longs chapitres de Said sur le legs de la philologie Orientaliste, dans le domaine de la philologie, l’Orientalisme considère que des langues homogènes préexistent à leur usages ou formes présentes, et que leurs locuteurs étaient chez eux dans ces langues, le sont encore et le resteront, de gré ou de force.

5Dans Translation and Subjectivity, Naoki Sakai mentionne un mode d’adresse hétérolingue. Ce mode d’adresse – que nous pourrions appeler adresse « multilingue » - n’a rien à voir avec l’idée de relier différents publics parlant ou lisant dans différentes langues nationales, comme l’anglais, le français ou le chinois. Cela ne présuppose pas la préexistence de langues nationales homogènes, mais implique plutôt la discontinuité, la différence, ou l’altérité qui entre en jeu quelle que soit la langue, et engage la multiplicité à l’intérieur de la langue et non la pluralité des langues. En général, l’acte de traduction évacue l’adresse hétérolingue en créant l’impression de deux langues homogènes et l’idée d’un mouvement de l’une à l’autre plutôt qu’un mouvement à l’intérieur de la langue elle-même.

6Le défi à relever pour Transtext(e)s Transcultures consiste en sa capacité à bousculer le mode d’adresse homolingue, offrant ainsi la possibilité d’une pratique contre-orientaliste. A l’évidence, personne ne sera troublé par la présentation de textes en chinois, français et anglais – du moins jusqu’à ce que la co-présence de ces langues commence à perturber le mode d’adresse homolingue. (Si l’anglais mondialisé est aujourd’hui le garant de la dimension homolingue et de la pureté des langues nationales, et ainsi de l’aspiration à la blanchitude que cela sous-entend, on ne peut pas dire que le français et le chinois n’opèrent pas eux aussi de cette façon.) Ce qui signifie que le défi qui attend ce journal n’est pas simplement d’accueillir une pluralité de langages et ne se situe pas non plus dans un simple geste de représentation de différents foyers de langages. C’est plutôt lorsque les lecteurs et contributeurs commencent à lire et écrire avec l’idée d’une orientation multiple dans « leur » langue d’adresse que la co-présence de différentes langues nationales commence son travaille de désorientation, contestant ainsi les pratiques orientalistes imbriquées dans l’impérialisme qui étrangle aujourd’hui le globe de son étreinte homolingue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Lamarre, « Adresse plurilingue et pratique contre-orientaliste », Transtext(e)s Transcultures 跨文本跨文化, 1 | 2006, 58-60.

Référence électronique

Thomas Lamarre, « Adresse plurilingue et pratique contre-orientaliste », Transtext(e)s Transcultures 跨文本跨文化 [En ligne], 1 | 2006, mis en ligne le 13 septembre 2009, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://transtexts.revues.org/182 ; DOI : 10.4000/transtexts.182

Haut de page

Auteur

Thomas Lamarre

Thomas Lamarre is Professor of Asian Studies at Cornell University. A graduate of the University of Chicago, he was subsequently Associate Professor of Japanese at McGill University. He is the author of Shadows on the Screen: Tanizaki Jun’ichirô on Cinema and Oriental Aesthetics (2005) and Uncovering Heian Japan: An Archaeology of Sensation and Inscription (2000), and co-editor with Kang Nae-hui of Impacts of Modernity (2003).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org