Navigation – Plan du site
Imagining the Transcultural

Etablir de nouveaux cadres de référence

Version française
Tejaswini Niranjana
p. 52-54

Texte intégral

1Les processus de mondialisation contemporains masquent bien souvent les liens historiques anciens existant entre les continents. Récemment mes recherches se sont concentrées sur les pratiques culturelles des populations d’origine indienne vivant à Trinité dans les Petites Antilles. Je dirais que nous, en Inde, nous nous devons de voir dans cette diaspora subalterne (1845-1917) de travailleurs asservis, l’autre illégitime des Indiens modernes vivant en Inde. Voici, en bref, une description des problèmes méthodologiques et théoriques soulevés par un tel projet, ainsi que de leur implication dans notre manière de penser aux contextes qui ne sont pas les nôtres tout en occupant des situations géopolitiques similaires.

2J’ai concentré mes efforts sur la conceptualisation de cadres pour la recherche comparative dans les contextes du Sud et sur le développement de nouveaux cadres de référence. La méthode employée était largement interdisciplinaire, s’inspirant des études littéraires, de la théorie féministe, de l’anthropologie, de la musicologie, des études filmiques, que j’inclus à l’analyse des pratiques culturelles.

3Les tensions du projet vinrent de l’ambiguïté de ma propre relation avec a) une région - les Antilles -qui m’était tout d’abord apparue comme un objet d’étude ethnographique avec toute l’anxiété que cela comporte, et sur laquelle j’ai dû apprendre à poser les mêmes questions que celles que je posais dans mon propre contexte postcolonial et avec b) un sujet -«l’Indien dans les Antilles» - dont l’histoire, et probablement même le futur, n’avaient pas grand-chose en commun avec les miens. Pourtant, je maintiens que de penser à cette région et à ce sujet peut changer la manière dont les Indiens d’Inde conceptualisent les questions de leur identité culturelle. Etant donné les liens culturels entre l’Inde et les Antilles, le projet de recherche comparative élaboré dans ce livre a dû répondre au défi non seulement d’exposer les différences et similitudes mais aussi de rechercher comment chaque endroit est marqué par l’Autre.

4Ce que mon projet a tout d’abord tenté de faire fut de déloger la modernité occidentale en tant que point légitimant singulier de comparaison dans l’analyse des sociétés du Sud. Partant du principe que toute érudition est par définition comparative, et que le point implicite de référence est nécessairement l’Ouest (bien qu’imaginé différemment dans chaque contexte), j’ai commencé à prôner les développement de nouveaux cadres d’analyse qui pourraient forcer les asymétries inhérentes au projet comparatiste.

5La tâche spécifique a consisté à examiner les invocations de l’indianité dans les Antilles. La perspective adoptée pour examiner ces invocations était celle d’une Indienne du sous continent en Asie du Sud, de l’autre côté du monde, une habitante d’une région qui était la destination première de Christophe Colomb lors du voyage qui «découvrit» pour les nommer à tort par la suite, les Indes occidentales. Les relations entre l’Inde et les Antilles sont souvent reléguées dans les notes en marge de l’histoire de l’Empire. L’un des principaux arguments de mon projet était que de se concentrer sur ces relations obscures apporterait un narratif différent du narratif traditionnel sur les formations de la modernité à la fois en Inde et à Trinité. Alors que l’invocation ou mobilisation de l’ « Inde » a manifestement des histoires divergentes dans ces deux emplacements du Sud, il me semble qu’en étudiant ensemble leurs histoires nous pouvons apporter un nouvel éclairage aux significations et aux résonances de cet espace culturel imaginé.

6Le projet comparatif s’est tout particulièrement concentré sur la question des femmes, des représentations et du déploiement de cette catégorie, plutôt que de simplement parler des femmes empiriques. J’approche « les femmes indiennes »de diverses manières :en repensant l’histoire du contrat synallagmatique en rapport avec les campagnes du nationalisme indien du début du vingtième siècle, et par conséquence en prônant une nouvelle perspective dans la fabrication d’une féminité indienne normative ; en étudiant les femmes d’origine indienne productrices et interprètes d’une nouvelle et fascinante musique antillaise ; en examinant le déploiement historique de la femme indienne exotique dans la calypso et la soca, ou en la ré-examinant dans le contexte politique contemporain de Trinité et en explorant la façon dont la musique de Trinité, tous genres confondus, emprunte à l’industrie du film Hindi en Inde. Ce projet tente d’établir des liens implicites entre le désaveu de l’Inde encouru par la diaspora indienne subalterne et la mobilisation de l’Inde dans les Antilles, mettant de nouveau l’accent sur l’importance primordiale des notions de la « femme indienne » dans les deux processus. L’autre fil conducteur du projet est l’importance de la musique populaire en tant que secteur clé de la politique culturelle. Tout en me concentrant sur le façonnement de la « femme indienne » et celui des identités « indiennes », je tente d’explorer un éventail de pratiques musicales à Trinité – des chutney, calypso et soca au chutney-soca, aux chansons de films en Hindi et à la rapso – afin de voir comment elles délimitent l’arène musicale où ces identités sont interprétées socialement.

7L’argument central de ce projet est que les discours et pratiques de la modernité nationaliste ainsi que la formation de subjectivités modernes, en Inde et à Trinité peuvent être perçus différemment si l’on procède au repositionnement du cadre de l’analyse. Je suggère que ce repositionnement peut être effectué au moyen d’une double stratégie : l’étude des multiples processus par lesquels les migrants « subalternes » d’Inde sont désavoués que ce soit dans le passé ou au présent dans leur pays d’origine, et une étude des pratiques culturelles contemporaines des descendants de ces migrants dans leur pays actuel.

8Pendant mes recherches à Trinité, je me suis passionnée pour les identités que l’on qualifiait « d’indiennes » aux Antilles. Il était évident bien souvent que ceux qui participaient à la production de ces identités les percevaient comme partie intégrante d’une situation profondément « locale »,sans référence aucune à quelque lointain pays natal que ce soit. Alors que l’Inde au début du XXe siècle est engagée dans de nouvelles formes de mondialisation, quand j’ai entrepris mes recherches au début des années quatre-vingt-dix, ce processus n’était pas encore complètement engagé. Anticipant la formation de nouvelles hégémonies et m’interrogeant sur les interventions critiques pouvant être formulées, j’ai réfléchi à la première phase de mondialisation –celle qui avait été inspirée par l’Empire – pour retrouver la trace des migrations et de la transformation des corps et pratiques culturels et pour spéculer sur la formation du sujet que permettent le délogement et le relogement. Les déplacements géographiques et culturels, comme tend à le démontrer mon projet, ont formé des identités exclusivement locales dans les Antilles.

9Il a de cela quelques années, et alors que je rentrais de Trinité dans un avion de la BWIA de New York à Bombay, je me suis mise à bavarder avec une femme âgée afro-trinidadienne qui m’a demandé où j’allais. « En Inde » répondis-je. « Et pourquoi voulez-vous aller là-bas ? » me dit-elle. « Parce que j’y habite ». « Et comment cela se fait-il que vous viviez si loin de chez vous ? »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tejaswini Niranjana, « Etablir de nouveaux cadres de référence », Transtext(e)s Transcultures 跨文本跨文化, 1 | 2006, 52-54.

Référence électronique

Tejaswini Niranjana, « Etablir de nouveaux cadres de référence », Transtext(e)s Transcultures 跨文本跨文化 [En ligne], 1 | 2006, mis en ligne le 13 septembre 2009, consulté le 21 août 2017. URL : http://transtexts.revues.org/180 ; DOI : 10.4000/transtexts.180

Haut de page

Auteur

Tejaswini Niranjana

Tejaswini Niranjana is Director, and Senior Fellow, of the Centre for the Study of Culture and Society,Bangalore,India.She is the author of Siting Translation: History,Post-structuralism and the Colonial Context, and co-editor of Interrogating Modernity: Culture and Colonialism in India. Her recent work has been on the Caribbean, and her book Mobilizing India: Women in Trinidad Music is published in 2006

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org