Navigation – Plan du site
Imagining the Transcultural

Vers une communauté trans-textuelle, interdisciplinaire, transculturelle et transmoderne

Version française
Tonglin Lu
p. 46-47

Texte intégral

  • 1  Enrique Dussel, “Beyond Eurocentrism: the World-System and the Limits of Modernity” in Friedric Ja (...)
  • 2  Fredric Jameson, A Singular Modernity, London, Verso, 2002. p. 12

1Le processus actuel de mondialisation, intensifié par la fin de la Guerre Froide, a changé la carte géopolitique mondiale. Nous ne vivons plus dans un monde où l’Occident est le point de référence selon lequel le monde mesurait modernité et progrès, mais plutôt dans un monde transmoderne (pour employer l’expression d’Enrique Dussel) où différentes cultures se connectent au moyen de liens transnationaux.1 Cette transmodernité signifie-t-elle que la valeur de l’Occident a été universalisée à travers l’expansion du capitalisme global – comme le suggère Fredric Jameson.2 Ou la transmodernité a-t-elle repoussé à l’arrière-plan le modèle de domination d’une seule culture ?

2Le monde contemporain a changé si rapidement et si fréquemment, de manière si troublée qu’il est difficile, sinon impossible, d’apporter une réponse catégorique à ces questions. Cela étant, le changement culturel engendré par le processus intensifié de la mondialisation est plus visible en-dehors du centre précédent, à savoir l’Occident. La modernisation dans une culture non-occidentale était souvent considérée comme une occidentalisation, c’est-à-dire un refaçonnement de sa propre culture à l’image de l’Europe, qui représentait le progrès, la rationalité et la modernité . Ce fut le cas en Chine. Depuis le Mouvement du 4 Mai au début du vingtième siècle, les partis politiques et les écoles de pensée en Chine sont allés chercher leurs points de référence en Occident, dans un large éventail idéologique allant du nationalisme au communisme. De cette manière, on peut dire que la modernité se mesure non seulement suivant le développement chronologique du passé au présent, mais aussi selon la distance spatiale de la périphérie vers le centre. Ainsi, l’âge moderne a aussi créé l’image de l’Europe en tant que centre du monde, ou en tant que centre de référence des valeurs « universelles ».

3En contraste,le processus actuel de mondialisation intensifiée,avec à sa tête des corporations multinationales et relativement libéré des restrictions posées par les frontières nationales, ce processus a un effet décentralisateur alors que le capital grimpe vers des profits maximum. Dans ce contexte, la mondialisation ne signifie pas démocratie, mais indique seulement l’absence d’un centre moral comme ultime référence. Bien que cette décentralisation ait pour but de profiter au pouvoir financier des corporations multinationales, la nature amorphe de ce pouvoir a en même temps progressivement libéré l’imaginaire collectif du monde en voie de développement du complexe d’infériorité culturelle créé par le mythe de la modernité, l’Eurocentrisme. Le résultat c’est qu’au lieu de rechercher le salut dans le centre implicite ou explicite de référence ultime, le monde marginalisé dans le passé est en train de développer des multi-centres en dehors de l’Occident, comme c’est le cas dans la zone Asie-Pacifique.

4En d’autres termes, les liens transnationaux ont peu à peu remplacé la division binaire entre l’Occident et le reste du monde. Ce changement s’est traduit par une nouvelle vision intellectuelle en particulier en dehors de l’Occident. Par exemple, Traces, un autre journal multilingue de traduction et théorie de la culture a été publié en anglais, chinois, japonais et coréen. Ce journal met l’accent sur les liens transnationaux entre les cultures de l’Asie du Nord. La perception du monde d’opposition binaire entre l’Occident et le reste du monde est toujours bien ancrée cependant dans le monde universitaire occidental. En raison de ses institutions et de ses divisions disciplinaires, nous, en tant que membres de ce monde, nous répondons souvent tardivement aux changements géopolitiques de ces dernières années.

5Les théoriciens comme Jameson parlent toujours d’une modernité au singulier, celle du capitalisme occidental, alors que les chercheurs en études post-coloniales mettent l’accent sur la victimisation des cultures non-occidentales par le centre. Pour Jameson, comme le capitalisme est issu d’une société anglo-saxonne, toute expansion de ce système signifie l’universalisation de sa culture. Mais si le féodalisme n’était pas l’apanage d’une seule société pourquoi en irait-il différemment du capitalisme ? Cela signifie-t-il que la position centralisée de l’Occident demeure éternelle en dépit de tous les changements intervenant dans la culture mondiale ? De plus, ce que l’on entend à présent par culture occidentale, ou plus spécifiquement culture anglo-saxonne, a subi les influences historiques de nombreuses origines non-occidentales. Pourquoi la modernité devrait-elle être exclusivement marquée par une seule culture, alors que nulle culture ne peut revendiquer la même exclusivité ?
Il est plus aisé de s’en tenir au modèle de la victimisation pour expliquer les problèmes existant dans les cultures considérées dans le passé comme secondaires. Le problème est de savoir si les cultures prétendues non-occidentales sont tout aussi muettes dans le monde toujours plus mondialisé d’aujourd’hui qu’elles ne l’étaient dans leur passé colonial. Pouvonsnous évaluer les cultures à l’aune d’un seul centre sans égard aux liens transnationaux qui les unissent ? Et ce faisant, ne contribuons-nous pas à renforcer l’image du centre en y faisant référence comme tel même à travers les négations ? De plus, notre effort de mise en relief de l’impuissance de ces cultures sert-il plus à donner de la puissance à nos propres voix plutôt qu’à comprendre ces cultures dans leurs cadres historiques et contemporains ?

6En tant que chercheuse chinoise du cinéma, je ressens tout particulièrement l’insuffisance de ce mode de pensée dans le village global décentralisé. Ainsi, le cinéma asiatique a-t-il acquis récemment ses lettres de noblesse dans la culture filmique internationale. Cependant, en dépit de son orientation vers une production filmique transnationale et globale, les chercheurs en cinéma asiatique, particulièrement en Amérique du Nord, restent cloisonnés dans leurs domaines de recherche respectifs, à l’intérieur de frontières nationales (ou régionales comme c’est le cas du film sinophone par exemple). En d’autres termes, limité par la notion du cinéma national et par la division entre l’Occident et le reste du monde, le cinéma asiatique en tant que champ d’étude des universités occidentales se définit toujours comme l’autre, ou la différence de son équivalent occidental.

  • 3  Stuart Hall, « Who Needs Identity ? » in Stuart Hall et Paul du Gay (eds.), Questions of Cultural (...)

7Le processus intensifié de la mondialisation a, par inadvertance, rompu d’avec le modèle de la domination d’une seule culture afin de faciliter l’expansion du capital mondial. Il n’est plus possible de résister au capitalisme mondial en s’en tenant à la vieille carte du monde avec son centre impérialiste traditionnel. En même temps, un discours multiculturel risque de coïncider avec celui des corporations multinationales et ainsi risque d’être absorbé dans le système du capitalisme global. Stuart Hall disait que la différence culturelle était ambiguë là où l’identité culturelle était devenir.3 Comment notre journal peut-il contribuer au devenir d’une communauté transnationale, trans-textuelle, transculturelle, interdisciplinaire et transmoderne afin de former une culture de résistance ?

Haut de page

Notes

1  Enrique Dussel, “Beyond Eurocentrism: the World-System and the Limits of Modernity” in Friedric Jameson et Masao Myoshi (eds.), The Cultures of Globalization, Durham, Duke University Press, 1998. pp. 3-31

2  Fredric Jameson, A Singular Modernity, London, Verso, 2002. p. 12

3  Stuart Hall, « Who Needs Identity ? » in Stuart Hall et Paul du Gay (eds.), Questions of Cultural Identity, London, Sage, 1996. pp. 1-17

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tonglin Lu, « Vers une communauté trans-textuelle, interdisciplinaire, transculturelle et transmoderne », Transtext(e)s Transcultures 跨文本跨文化, 1 | 2006, 46-47.

Référence électronique

Tonglin Lu, « Vers une communauté trans-textuelle, interdisciplinaire, transculturelle et transmoderne », Transtext(e)s Transcultures 跨文本跨文化 [En ligne], 1 | 2006, mis en ligne le 13 septembre 2009, consulté le 21 août 2017. URL : http://transtexts.revues.org/176 ; DOI : 10.4000/transtexts.176

Haut de page

Auteur

Tonglin Lu

Lu Tonglin is Professor of Comparative Literature at the University of Montreal where she teaches contemporary Chinese culture and cultural theory.Her last book Confronting Modernity in the Cinemas of Taiwan and Mainland China was published in 2001 by Cambridge University Press. Currently she is working on Chinese independent cinema.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org