Navigation – Plan du site
Imagining the Transcultural

Les régimes de la représentation transnationale et transtextuelle

Version française
David Palumbo-Liu
p. 39-51

Texte intégral

1C’est probablement pendant la période romantique qu’apparut une idée spécifiquement moderne de la traduction. Comme l’illustre la célèbre apostrophe de Charles Baudelaire au commencement des Fleurs du mal,« - Hypocrite lecteur,-mon semblable,-mon frère ! »,l’idée que lire et écrire sont hantés par un doublé moral et immoral est bien ancrée. Délicieuses et irresponsables, les transcriptions de l’imagination transgressaient à la fois la notion que seul Dieu était le grand créateur et le point de référence et de révérence, et celle qu’il n’existait qu’une seule vérité à indiquer et à exprimer. Ainsi l’arène de l’écriture et de la lecture se complexifia et devint plus dialogique, que ce soit lorsqu’un écrivain s’appropria la signature graphique de la création ou qu’un lecteur apporta sa lecture tardive, mais toutefois originale, de cette expression et la transcoda dans le répertoire de représentation d’un autre sujet. Et dès lors la notion de traduction se vit quelque peu déliée de son obligation linguistique, épistémologique et éthique de « coller à l’orignal », puisque l’idée de l’art et de la vérité avait été totalement réécrite et avec elle, le concept d’originalité.

2Ce n’est pas par hasard que ces révolutions esthétiques coïncidèrent à l’avènement de la bourgeoisie et d’un sens du droit de l’individu. Et pourtant, si l’on en revient à Baudelaire, on trouvera la tension familière entre la soif de liberté absolue de l’individu et sa reconnaissance des contraintes sociales et historiques permanentes. Cette tension est bien décrite dans son essai déterminant sur le moderne intitulé « Le peintre de la vie moderne », dans lequel le moderne est effacé en permanence par le passage du temps pour être reconsolidé à l’intérieur de ce qu’on appelle le « classique ». Imaginons un instant qu’il ne s’agisse pas là uniquement d’une division esthétique entre créativité et tradition, ou temporelle entre le présent et le passé, mais aussi d’une division entre l’individu et le collectif. Je voudrais voir dans ce premier numéro de Transtext(e)s Transcultures une négociation de ce dernier élément, auquel j’ajouterais ici la question du pouvoir.

3En effet, chacun des essais que l’on m’a transmis traite d’une manière ou d’une autre de la question du pouvoir dans les activités transtextuelles et de traduction. Le pouvoir du second texte (et j’utilise ici ce terme uniquement parce qu’il me semble être le plus neutre – je tiens à souligner qu’il s’agit d’un terme cardinal et non pas ordinal, sans aucune connotation de retard ou d’infériorité) à servir de représentant à l’autre texte, même s’il lui est redevable. Ce pouvoir n’est pas une évidence et ne s’obtient pas facilement. De plus, il n’est ni permanent ni irrévocable. Il dépend précisément de son contexte historique et sociopolitique. Pour en revenir une fois encore à Baudelaire, le problème est de savoir comment le cas individuel s’articule dans l’espace social. Par exemple, l’examen de la « traduction » cinématique dans les films indiens par Ratheesh Radhakrishnan démontre comment l’adaptation de Aithe par Malayalam replace et réinvente le film dans un contexte de classe radicalement différent ; l’essai dévoile comment le narratif du premier film a dû être adapté à un monde social et politique complètement différent. Pourtant, ce qui fascine dans ce débat ce n’est pas seulement la recontextualisation ni la réécriture, mais la manière dont la logique narrative et cinématique du premier film et celle de l’adaptation montrent, dans leur disjonctions, non seulement le mouvement de l’histoire mais aussi son pouvoir dans la formation des répertoires éthique, esthétique et sentimental du public. Si l’on met en avant un sens matériel très fort de l’histoire dans l’essai de Radhakrishnan, celui de Philippe Pelletier sur Elisée Reclus privilégie l’abstraction de l’espace et du temps, ainsi que leur traduction dans le logos du discours géographique et ethnographique. Cet essai démontre que les rouages du pouvoir discursif au niveau le plus général – à savoir la segmentation Est-Ouest – peuvent s’aider de l’oeuvre d’un savant dont l’expertise dans le domaine de « l’Orient » n’est en rien réduite par le fait qu’il n’y soit jamais allé. L’épistémologique et l’empirique s’affrontent donc dans une difficile tension qui ne peut être résolue qu’au moyen des rouages du désir et du pouvoir – la prédisposition de l’Occident à « voir » l’Orient d’une certaine façon, et le pouvoir accru des réseaux de discours à produire un effet de réalité spécifique.

4De même, l’essai de Florent Villard s’intéresse aux disjonctions du temps et de l’espace réel dans une description fascinante de la production contemporaine de la « Chine » -immédiatement transposée dans le passé, mais le passé lui-même étant transformé en cadre « réaliste » du présent. Villard démontre que n’y voir qu’une commodification de la nation n’explique que partiellement les forces d’effacement et de reconstitution. Cela pose de nouveau la question du public, et des présuppositions qui s’introduisent dans la production de « la Chine ». Quelles dimensions, quelles formes, quels détails du passé se mêlent-ils dans cet objet perçu du désir, et qu’est-ce que cela nous dit non seulement de la production chinoise de la nation passée/présente, mais aussi des façons dont l’Occident a, explicitement ou non, représenté ses goûts, ses désirs et ses appétits ?

5La représentation est encore une fois au centre de l’étude comparative menée par Marie-Eve Blanc sur les représentations des immigrants vietnamiens dans la presse canadienne et française. Ses recherches démontrent que la différence de représentation (image positive de la migration multiculturelle ou image négative de la criminalité et de la contamination) dépend des contextes sociaux et culturels de l’immigration. Cet essai explique comment le contexte historique qui sous-tend ces différentes représentations situe l’Asie et l’étranger à l’intérieur de différentes pratiques et politiques d’état-nation.

6L’étude de Stéphanie Tsai sur la réception d’André Malraux à Taiwan démontre parfaitement comment le même personnage peut être reçu de manière totalement différente en dehors de son pays. Ce qui est peut-être le plus frappant c’est que Tsai démontre comment les différentes prédispositions ont influencé l’opinion que la notion de Malraux d’une communauté globale puisse être comprise ou non. Les termes qu’il emploie peuvent-ils être traduits en chinois ? Existe-t-il un océan conceptuel entre les langues et les cultures ? Ou s’agissait-il d’un échec historique plutôt que linguistique ? Enfin, l’étude de Neri aborde de même l’idée d’influence, en soulignant les affinités entre le projet cinématique de Tsai Ming-liang et celui de François Truffaut. Neri affirme que les éléments intertextuels des films du cinématographe taïwanais, faisant manifestement référence à Truffaut, ont de plus un écho spirituel, puisque les deux cinéastes sont obsédés par l’idée de la liberté. La distance séparant la Nouvelle Vague française du cinéma taiwanais contemporain en est d’autant plus raccourcie. L’auteur emploie judicieusement cette affinité pour démontrer les qualités spéciales des films de Tsai,contrairement à la manière dont d’autres cinéastes tels Hou Hsiao-hsien et Yang Dechang ont utilisé des allusions à des films européens et américains. Il serait fascinant de rechercher plus avant comment les différents contextes culturels dans lesquels travaillent Truffaut et Tsai ont décliné différemment la notion de liberté.

  • 1  En ce qui concerne mes premières méditations à ce sujet, voir “Unhabituated Habituses” in David Pa (...)

7En ce qui concerne la situation précise de cette publication, dans les interstices de l’Asie et de l’Europe et rayonnant vers l’extérieur mais aussi vers l’intérieur, le contexte « moderne » ne s’est pas dissipé, mais problématisé. Alors que demeurent les questions de pouvoir évoquées au début de ce bref article, les essais contenus dans ce numéro ont apporté la preuve que l’augmentation des flux migratoires, les fissures provoquées par la mondialisation dans les identités régionales et locales, les réceptions variées de « l’étranger » dans le « domestique », ont produit des configurations bien plus complexes du pouvoir – la transportabilité, la transcodabilité des textes dépend à présent souvent de finalités et d’intérêts contradictoires.1 Ma modeste suggestion à ce sujet, serait de considérer comment les régimes de représentation transtextuelle et de traduction s’imbriquent dans une tension dialectique entre les exigences résiduelles de l’autonomie de l’art et les contingences sociopolitiques et historiques qui pourraient bloquer, faciliter, détourner, ou encore effacer la « trans »-position des textes. Ce ne serait pas alors un sens d’indignation morale ou de bienséances esthétiques (le « goût ») qui nous pousserait à suivre la transmutation de textes en d’autres textes, mais plutôt une sensibilité à la fois historique et politique et un engagement qui mobiliserait notre attention critique.

Haut de page

Notes

1  En ce qui concerne mes premières méditations à ce sujet, voir “Unhabituated Habituses” in David Palumbo-Liu & Hans Ulrich Gumbrecht (eds.), Streams of Cultural Capital, Stanford, CA : Stanford University Press, 1997

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Palumbo-Liu, « Les régimes de la représentation transnationale et transtextuelle », Transtext(e)s Transcultures 跨文本跨文化, 1 | 2006, 39-51.

Référence électronique

David Palumbo-Liu, « Les régimes de la représentation transnationale et transtextuelle », Transtext(e)s Transcultures 跨文本跨文化 [En ligne], 1 | 2006, mis en ligne le 13 septembre 2009, consulté le 30 avril 2017. URL : http://transtexts.revues.org/172 ; DOI : 10.4000/transtexts.172

Haut de page

Auteur

David Palumbo-Liu

David Palumbo-Liu  is Professor of Comparative Literature at Stanford University. He received both his undergraduate and graduate training at the University of California, Berkeley. He was a founding faculty member of Stanford’s Program in Comparative Studies in Race and Ethnicity (CSRE), and currently directs Stanford’s Programme in Asian American Studies (see his monograph Asian/American: Historical Crossings of a Racial Frontier). From 1999 to 2005 he was Director of the Program in Modern Thought and Literature. Palumbo-Liu’s current research includes studies of border art; notions of affinity in literature; race, media and visuality; culture and public policy, the aesthetics and ethics of globalization.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut d'études transtextuelles et transculturelles
  • Revues.org