Navigation – Plan du site
Imagining the Transcultural

Le calvaire du sujet « traduit »

Version française
Lawrence Phillips
p. 26-28

Texte intégral

  • 1  http://news.bbc.co.uk

1Environ un mois après les attentats de Londres et alors que je me prépare à rédiger cette réponse au premier numéro de Transtext(e)s Transcultures, je ne peux m’empêcher de penser à la vitesse à laquelle le débat politique en Grande-Bretagne s’en est pris au principe jusqu’alors inattaquable du multiculturalisme au Royaume-Uni. Ce débat n’a pas toujours été serein et trop souvent la xénophobie et le racisme latents dans bien des secteurs de la société britannique ont refait surface, s’insinuant dans le vide créé par la crise sociale et politique engendrée par les atrocités. S’il y a eu une réaction mesurée, elle est venue des minorités ethniques de Grande-Bretagne,en particulier des musulmans britanniques d’origines diverses, en dépit d’une série d’agressions racistes faisant suite aux attentats. Pourtant la rhétorique déployée par la presse et les politiciens ne correspond pas aux sentiments de la majorité. Ainsi, un sondage mené par MORI pour la BBC un mois seulement après les attentats du 7 juillet, indique que 62% des gens estimaient que l’identité multiculturelle du Royaume-Uni était un atout pour la société britannique, allant jusqu’à 87% des opinions des musulmans britanniques.1 Ce sondage démontre de manière positive combien le multiculturalisme est ancré dans la vie britannique, ce, même dans les conditions les moins favorables à une réponse libérale. Mais que signifie multiculturel dans la société contemporaine ? Environ 58% des personnes interrogées dans le même sondage BBC/MORI ont déclaré que les personnes qui venaient vivre en Grande Bretagne devaient adopter les traditions et les valeurs de la société britannique.

2Il est clair qu’une grande partie des personnes interrogées confond « multiculturel » et « multiethnique ». La culture a été ramenée à la race, d’une manière qu’aurait applaudi n’importe quel essentialiste victorien. De telles contradictions sapent sérieusement l’idéal politique de nombreuses cultures et traditions qui coexistent pacifiquement en respectant les mêmes institutions nationales et politiques. En temps de crise, les tensions sous-jacentes risquent toujours de remonter à la surface, même dans un pays comme la Grande-Bretagne où l’identité nationale est naturellement transnationale, sinon transculturelle. Cette question se trouve au centre des préoccupations de diaspora, d’identités transnationales, d’hybridité et de traduction culturelle de ce journal . Identifier ces phénomènes spécifiques plutôt que de les rassembler à l’intérieur d’une catégorie plus vaste me semble d’une importance critique et touchant à des problèmes plus pratiques de traduction et de compréhension culturelle nationale et internationale que ceux soulevés par le sondage BBC/MORI sur le multiculturalisme et l’ethnicité domaines dans lesquels les universitaires devraient montrer la voie. De plus, cette identification souligne les défis toujours plus nombreux posés aux terminologies plus totalisantes telles que celle de post-colonialisme. Il ne s’agit en aucun cas de nier l’importance du travail associé à ce titre, mais d’évoquer les problèmes liés aux deux principaux narratifs historico-critiques établis par ce terme.

3Le premier d’entre eux trace les grandes lignes de l’élan d’optimisme, à la fois politique et culturel, qui a fait suite à l’indépendance des vastes empires du XIXe siècle qui s’effondrèrent pour la plupart après la deuxième guerre mondiale. Cet optimisme qui, à l’époque n’était certes pas déplacé, s’est vu de plus en plus remis en question par les événements de ces dernières années. La réalité politique, sociale et économique est telle que la retraite de ces empires ne fut que momentanée, qu’ils laissèrent en place dans leur sillage un système mondial prédisposé en faveur des anciens impérialistes. Dans la pratique le « post » de postcolonialisme s’est avéré au mieux contingent et au pire entièrement idéaliste. Ainsi, la fin du XXe siècle a-t-elle vu le retour de l’action impériale directe en Iraq, en Afghanistan, d’effroyables répressions ethniques au Soudan,en Indonésie et ailleurs,ainsi que l’émergence d’une nouvelle histoire révisionniste du colonialisme promue par des ouvrages comme l’histoire populaire de l’Empire de Nail Ferguson : How Britain Made the Modern World (2003) qui a donné lieu à une adaptation télévisée très applaudie au Royaume-Uni. Encore plus récemment, des politiciens de droite au Royaume-Uni ont demandé que l’enseignement de l’histoire impériale britannique soit enseignée sous un angle positif dans les écoles. Par ailleurs, les objections à l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne se font de plus en plus racistes, alors que bien des groupes disparates qui s’élèvent contre les impacts sociaux, économiques et culturels de la mondialisation semblent ignorer complètement qu’ils sont en réalité dans la lignée d’un long (et sans doute moins conscient historiquement) combat contre le colonialisme.

4Le deuxième de ces narratifs établit un idéalisme politique qui célèbre et se fond dans des idées comme « l’entre-deux », « l’hybridité » et bien entendu « le multiculturalisme ». On a considéré ces concepts comme révélateurs de synthèses culturelles créatives. Ce qui manque à un tel optimisme c’est la reconnaissance de la souffrance, de la résistance, du trouble et du désenchantement qu’occasionnent en pratique de telles expériences. Le processus de synthèse culturelle est au mieux un combat qui peut aboutir à des compromis douteux avec la culture hégémonique locale. Quelle est l’expérience réelle de l’« hybridité » ou celle d’être « entre-deux » aux points de vue culturel, social et politique ? Ce qu’écrivait Stuart Hall, il y a juste dix ans, en 1995, n’est pas sans rappeler l’idéalisme politique et social inhérent à ce narratif :

  • 2  Stuart Hall, “New Cultures for Old” in D. Massey and P. Jess (eds.), A Place in the World: Places, (...)

« Il y a des gens qui appartiennent à plus d’un monde, qui parlent plus d’une langue (littéralement et métaphoriquement) ; qui habitent plus d’une identité, qui possèdent plus d’une maison ;qui ont appris à négocier et à passer d’une culture à l’autre et qui, en raison de cela sont irrévocablement le produit de plusieurs histoires et cultures imbriquées les unes dans les autres et qui ont appris à vivre avec et, qui plus est, à parler, du point de vue de la différence. »2

5Les poseurs de bombe musulmans britanniques du 7 juillet sont ainsi de ces sujets traduits mais qui, semblerait-il, se sont sentis assez touchés par la misère de leurs co-religionnaires dans le reste du monde pour désirer se suicider en guise de protestation. Cela ne justifie en rien leur acte, et l’on pourrait, comme l’a fait le Premier Ministre britannique, n’y voir que les actes malavisés d’un groupe de jeunes hommes séduits par une idéologie pernicieuse colportée par des fanatiques. Pourtant, selon les parents des prétendus poseurs de bombes, ceux-ci ne se distinguaient que par leur apparente intégration à la vie en Grande-Bretagne. Il s’agit toutefois, et en tenant compte de toute autre explication quant aux motivations de ces individus par ailleurs bien insérés dans la société, de réfléchir non seulement aux actes et à la réaction, au commentaire et à la théorie qui s’ensuivirent, mais aussi à l’expérience vécue de la translation culturelle, de l’hybridité, et de « l’entre-deux » qui ont de toute évidence donné lieu pour ces jeunes hommes à un vide culturel. Il est clair que les narratifs postcoloniaux d’indépendance, de reconquête culturelle et des « joies » de l’hybridité sont très loin de l’expérience de cette seconde génération de musulmans britanniques.

6Un nouveau discours positif engagé politiquement et intellectuellement tente désespérément de résister aux politiques toujours plus réactionnaires de notre temps. Si l’on persiste à subsumer les identités hybrides, transnationales et transculturelles sous une rubrique qui ne donne aucune idée des expériences vécues de ceux dont la vie quotidienne n’est que négociation et renégociation, on est en passe de commettre une grave négligence intellectuelle. Il est urgent de réévaluer les problèmes spécifiques de formation, de lutte, de politique, de représentation ainsi que l’expression de compromis satisfaisants entre les cultures. Un tel projet doit être multilingue, multiculturel, transnational et interdisciplinaire. C’est pourquoi je suis encouragé par la publication opportune de Transtext(e)s Tanscultures et que je suis convaincu que le forum qu’elle crée promouvra de tels échanges. Echanges requis d’urgence à une époque d’incertitude croissante, de violence, d’incompréhension et d’opinion mal informée, dans laquelle on confond culture et différence raciale en réponse, d’apparence libérale, à une terrible atrocité sans aucune conscience de la régression sociale et politique qu’elle représente effectivement.

Haut de page

Notes

1  http://news.bbc.co.uk

2  Stuart Hall, “New Cultures for Old” in D. Massey and P. Jess (eds.), A Place in the World: Places, Culture and Globalisation, Oxford, Oxford University Press, 1995, p. 47

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lawrence Phillips, « Le calvaire du sujet « traduit » », Transtext(e)s Transcultures 跨文本跨文化, 1 | 2006, 26-28.

Référence électronique

Lawrence Phillips, « Le calvaire du sujet « traduit » », Transtext(e)s Transcultures 跨文本跨文化 [En ligne], 1 | 2006, mis en ligne le 13 septembre 2009, consulté le 21 août 2017. URL : http://transtexts.revues.org/166 ; DOI : 10.4000/transtexts.166

Haut de page

Auteur

Lawrence Phillips

Lawrence Phillips is Reader in English and Divisional Leader for Media, English and Culture at the University of Northampton. He is the editor of the peer-reviewed academic e-journal Literary London: Interdisciplinary studies in the representation of London (www.literarylondon.org), academic director of the annual international conference of the same name, and secretary of the UK Network for Modern Fiction Studies. His most recent publication is an edited collection entitled A Mighty Mass of Brick and Smoke: Victorian and Edwardian Representations of London (Rodopi: 2007). He is also the author of London Narratives: Post-war Fiction and the City (Continuum: 2006), and the editor of a further collection entitled The Swarming Streets: Twentieth-Century Literary Representations of London (Rodopi, 2004).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org