Navigation – Plan du site
Imagining the Transcultural

Verbe, monde et transculturation

Version française
Stephanos Stephanides
p. 20-22

Texte intégral

1Lorsque j’étais étudiant en Grande-Bretagne il y a plusieurs années, un migrant hors de sa langue et de son monde, « un Hellène » et « un Chypriote postcolonial », j’ai été troublé par la périodisation linéaire de mes études littéraires qui allait de Beowulf à TS Eliot et me laissait perplexe quant à ma propre appartenance – à la recherche des connections fortuites et des turbulences par lesquelles j’étais dans cette classe. Dans cet alignement trop simple de langage, culture et nation, j’avais toujours envie d’aller à côté et à travers, par dessus et en dessous. Alors que mes ardeurs de comparatiste m’avaient entraîné vers les études hispaniques et luso-brésiliennes, je retrouvais la même périodisation linéaire de l’Espagne et du Portugal et le même rejet vers la périphérie de l’espace extra-européen que dans les études de littérature anglaise. Pendant les décennies suivantes, les études littéraires académiques connurent des transformations, une importance nouvelle étant accordée à des thématiques telles que celles du postcolonial et du transculturel. Si j’ai trouvé ma place au sein de l’académie, c’est grâce aux écrivains et théoriciens délinquants qui ont amené ce tournant vers l’horizontalité et ouvert de nouvelles possibilités pour les sujets diasporiques, migrants et hybrides. Néanmoins, de nouvelles hégémonies et orthodoxies émergent tandis que nous évoluons vers un nouveau canon et un nouvel ordre du monde qui draine avec lui de nouvelles forces de singularité, d’homogénéisation et de rationalité technologique dans le cadre d’une expérience de plus en plus globale et à l’intérieur d’Etats supranationaux, ce qui entraîne de nouveaux défis pour le transculturel.

2L’idée de transculturation désigne un espace où des forces et influences diverses se croisent, qu’elles proviennent de l’Etat-nation, de la nature ou du marché. En tant que flux désordonné d’influences prisent entre les règlements étatiques et le désir culturel, la transculturation, en soi, n’est ni à célébrer ni à condamner. Il se peut qu’elle impose l’enfermement et une identité figée, et qu’elle déclare que l’Etat-nation convient à cette identité, ou bien elle peut rester ouverte, sans que l’identité soit figée, établissant ainsi un flux entre des groupes différents, ni contraint ni restreint par l’Etat-nation.

  • 1  Fernando Ortiz, [Trans. Harriet de Onís], Cuban Counterpoint:Tobacco and Sugar, Durham, Duke Unive (...)

3La transculturation semble pourtant avoir gagné du terrain dans l’ère de la postmodernité et à une époque de globalisation, il est nécessaire de rappeler que ce terme a été inventé dans les années 1940 par Fernando Ortiz, écrivain et anthropologue Cubain.1

4Les projets de la modernité et du colonialisme étant intimement liés, la notion introduite par Ortiz intervient en tant que négociation postcoloniale de l’autonomie culturelle cubaine dans la modernité. Il convient de noter que l’un des modes d’expression esthétique que nous associons aujourd’hui au postmodernisme a été élaboré par des écrivains immergés dans le contexte du cosmopolitisme colonial – non seulement en Amérique Latine mais aussi ailleurs- et semble anticiper un moment postmoderne de la périphérie où les intelligentsias extérieures à l’Ouest ont négocié la modernité pour se l’approprier. Les modernités périphériques divergent des prototypes européens selon les spécificités spatio-temporelles de chaque société. On peut alors parler de modernités multiples, qu’elles soient intérieures ou extérieures à l’Europe. L’idée de centre correspond généralement au statut géopolitique de l’Ouest en tant que point de départ de la modernité. Cependant la périphérie n’a jamais été dans les conditions pré-modernes spécifiques au centre qui étaient censées déterminer le développement des périphéries, et le mouvement de la modernité vers la postmodernité n’est pas simplement linéaire. Les différents espaces de la périphérie ne suivent pas la même trajectoire et la culture a tantôt participé de diverses manières à la solidification des contours de l’Etat-nation, tantôt accéléré sa transformation. La traduction et le colonialisme ont joué un rôle significatif dans l’émergence de vernaculaires indiens en tant que langages littéraires ainsi que nous le montre l’exemple de la « renaissance du Bengali ». Dans le contexte des Caraïbes et de l’Amérique Latine, le transculturel est lié aux processus de créolisation du langage et de la culture. L’idée que la modernité dans la périphérie ne peut être qu’une reproduction sous-tend le Modernismo d’Amérique Latine. On la retrouve dans la position de refus ou « esthétique anarchique » d’un poète tel que Ruben Dario, qui peut être vue comme une fuite stratégique, un éloignement de la terne réalité déterminée par l’Etat, mais aussi dans l’usage de la traduction comme parodie et pastiche, décentrement permanent que l’on trouve chez Borges, dans l’anthropofagisme brésilien ou le Criollismo Cubain. C’est ainsi que la transculturation décrit l’histoire telle qu’elle se déroule à l’arrière de l’Etat. L’invention de ce terme par Ortiz semble nommer tardivement un processus qui faisait déjà partie de l’imaginaire intellectuel et artistique moderniste des Caraïbes et de l’Amérique Latine dans le sens où cet imaginaire s’efforçait de récupérer des valeurs antérieures à l’Etat (colonial ou postcolonial) et d’établir de nouveau des valeurs en dehors de sa sphère d’influence.

5Artistes et Intellectuels ont joué des rôles clés à l’intersection de l’Etat et de la culture, dans les politiques de traduction et de médiation des demandes et désirs culturel. Néanmoins, ce rôle n’est pas dénué d’ambiguïté, et le processus de transculturation et de traduction n’est en aucune manière simple ou transparent. En outre, les artistes et l’intelligentsia s’approprient de diverses manières des ressources afin de générer et maintenir une distance par rapport à la culture et à l’Etat comme s’ils étaient écartelés entre une condition de bohémien et un statut de mandarin. Sont-ils des agents de la transculturation ou bien la voix de ces effets ? A quel point sont-ils capables de se désengager et de se mettre à distance de l’Etat et de la culture d’Etat dans leur quête de l’idéal d’une autonomie parfaite ? L’Etat, lui-même, à travers ses institutions académiques, ses musées, ses groupes d’érudits, reconnaît la valeur de leur travail artistique et intellectuel. L’Etat néo-liberal concède une relative légitimité discursive aux intellectuels et aux artistes, mais il récompense les services des technocrates plutôt que ceux des intellectuels qui pourraient servir de support ou de pont entre l’Etat et le peuple.

6Il se peut que la transculturation ait été dérangeante pour l’Etat-nation et pour le nationalisme ; demandons-nous cependant, à une époque d’économie et de politique trans-nationales et globales, de quel Etat ou état il s’agit. On trouve fréquemment dans des travaux récents l’affirmation selon laquelle il faut distinguer la mondialité (globality) de la mondanéité (worldliness) (dans le sens de worlding, selon Heidegger), la capacité de l’expérience humaine et de l’intentionnalité à faire le monde, la contingence historique, ainsi que l’incessante sensualité de la nature, étant réservées à la mondanéité. Par opposition au mouvement inexorable du capital, il est intéressant de retrouver les tentatives des artistes et intellectuels modernistes de parvenir à l’autonomie par le biais de la transculturation. Bien que ce terme soit souvent appliqué au processus de mondialisation, nous devons le revendiquer pour le monde et pour le texte mondial.

Haut de page

Notes

1  Fernando Ortiz, [Trans. Harriet de Onís], Cuban Counterpoint:Tobacco and Sugar, Durham, Duke University Press, 1995

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stephanos Stephanides, « Verbe, monde et transculturation », Transtext(e)s Transcultures 跨文本跨文化, 1 | 2006, 20-22.

Référence électronique

Stephanos Stephanides, « Verbe, monde et transculturation », Transtext(e)s Transcultures 跨文本跨文化 [En ligne], 1 | 2006, mis en ligne le 13 septembre 2009, consulté le 25 juin 2017. URL : http://transtexts.revues.org/164 ; DOI : 10.4000/transtexts.164

Haut de page

Auteur

Stephanos Stephanides

Stephanos Stephanides has a personal and academic interest in dislocation, migration, Diaspora, memory and forgetting. Having spent his childhood in Cyprus, he attended the University of Wales at Cardiff, and lived briefly in Greece and Spain, before spending seven years in Guyana, and seven in Washington DC. He returned to Cyprus in 1992 to join the founding faculty of the University of Cyprus where he is now Dean of the Faculty of Humanities and Professor of English and Comparative Literature. Critic, scholar, poet, and translator, his many publications include Translating Kali’s Feast: the Goddess in Indo-Caribbean Ritual and Fiction (2000).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org