Navigation – Plan du site
Imagining the Transcultural

Trafic illicite et le dollar du discours

Version française
Brian Castro
p. 14-16

Texte intégral

1Le monde n’a pas changé le 11 septembre 2001.

2Tout ce que l’Occident donna l’impression de faire fut de simplifier le débat au point de retrancher les idées en deçà de barricades géopolitiques plus familières. Un repli total. Ce que fit l’Occident fut de mépriser l’étranger, cet ingrédient même qui irrite la pensée, accélérant le temps en de nouvelles particules, et qui peut alors être considéré sous un autre angle…ce qui revient pour ainsi dire à…faire une expérience. Le mot français « expérience » signifie, me semble-t-il, à la fois « expérience » et « expérimentation », et il capture l’impératif rhétorique de la pensée d’avant-garde au delà des barricades.

3En tant que romancier, je n’ai jamais voulu écrire de romans historiques, tout au moins ceux limités par leur période. Je n’ai jamais voulu me réfugier dans une représentation présumée « correcte » ou « universelle », mais j’ai toujours gardé à l’esprit une projection allégorique, afin de repousser les structures formelles vers de nouvelles pertinences. Mais toute nouveauté exige un programme de réception défiant les divisions culturelles et politiques. Les ironies de l’histoire se répètent dans la réception et la représentation de ces dernières. De nos jours, par exemple, l’élision des disciplines afin de faciliter le doublement et le triplement de la pensée – la manière dont les idées sont intrinsèquement linguistiques – est assez courante dans la plupart des discours intellectuels. Pourtant, la « rhétorique de la rhétorique » n’a pas été étudiée à fond, la façon dont la rhétorique contredit la raison en traduction, ou encore la manière plus explicite dont les différentes expériences du langage et de la vie réforment les méthodes discursives. Et il faut en faire l’expérience, ce qui est une des manières de parler de la traduction.

4Comme je l’ai déjà mentionné ailleurs, si la Commission du 11 septembre a conclu que la raison principale pour laquelle le FBI n’avait pas pu détecter le complot de destruction du World Trade Center était son manque d’imagination, je dirais que ce manque d’imagination venait du fait que ses membres n’avaient pas coutume de lire de romans étrangers en édition limitée qui missent en question leur manière de penser.

5Ils ne pouvaient s’imaginer habitant l’Autre par le langage. Il existe un lien direct entre une mentalité instrumentale, un manque de vocabulaire et une inaptitude à habiter un moi autre. Que l’unique superpuissance mondiale rende son jugement dans ces conditions est dangereux pour le reste d’entre nous. En effet, l’une des grandes découvertes de Walter Benjamin était que l’obscurité autoréfléchissante de l’esthétique pouvait nous aider à aborder des préoccupations aussi bien éthiques que politiques.

6Ce n’est pas seulement la traduction qui est porteuse d’une trahison expérimentée communément par n’importe quel écrivain, la trahison commise par le nationalisme est bien plus grave qui décourage toute tentative de prise de risque. Derrière les barricades de qui nous retranchons-nous? L’innovation se base sur une connaissance et une absorption de ce que font les autres dans le reste du monde. En musique ou dans les arts plastiques nous adoptons automatiquement ce registre plus vaste. Mais, parce que la littérature est liée au langage, les nations se montrent plus possessives à son égard, et cette possession atteint son apogée dans un projet moral et politique naturellement conservateur. En tant que champ d’études le transnationalisme peut faire augmenter l’enjeu dans l’arène de réception. Si l’historien, par exemple est fatalement monologique et condamné aux résultats, les études de cultures diasporiques, existences hybrides et perceptions transnationales peuvent-elles recentrer notre attention d’un malaise systémique vers une réalité qui existe ? Les récents attentats de Londres, par exemple, indique une zone d’ombre où le malaise et le mécontentement de générations entières n’ont de toute évidence bénéficié d’aucune attention.

7Il était devenu de plus en plus facile de franchir les frontières, mais à présent des murs s’y sont élevés de manière à ce que des filtres de transmission culturelle entièrement nouveaux aient été introduits et que nous nous trouvions à présent dans un environnement où les signifiants clés de formes culturelles particulières sont entièrement réécrits.

8Dorénavant, tout et tout le monde est perçu à travers l’objectif de la sécurité. En d’autres termes, moi, en tant qu’écrivain plusieurs fois hybride … moi, dont les ancêtres auraient été décrits comme autres du point de vue de la race, comme subalternes mais non point dangereux, on me demande maintenant de considérer le rôle de la pensée comme risqué, là où elle n’était jadis que jeu. La transmission culturelle est assimilée à un trafic de substances illicites, que ce soit les idées, les textes ou les personnes.

9Le moment présent est sans doute plus problématique que n’importe quel autre moment du passé récent en ce qui concerne l’analyse et la théorisation des significations des échanges culturels. Et pourtant, l’intérêt premier de tout échange est certainement linguistique. C’est pourquoi la portée d’un journal trilingue comme celui-ci s’étend bien au-delà de l’idée jusqu’à l’expérience même. Dans notre monde qualifié à tort de « globalisé », où l’anglais est le dollar du discours, il est très ironique que les lecteurs anglais ne disposent que d’une infime partie de ce qui est publié. Il existe des mondes entiers dont ils n’ont aucune conscience, dans le passé et à présent, où des idées et des ouvrages exceptionnels ont vu le jour et continuent de voir le jour sans qu’on leur prête la moindre attention en anglais, des mondes où de riches et subtils discours émergent en de nombreux autres langages, où les écrivains sont plus passionnés, plus iconoclastes et dont la portée est beaucoup plus vaste sur les plans de l’imagination et de l’expérience…des écrivains que les lecteurs anglais ne découvriront jamais, dans notre monde obsédé par une seule langue. Nous devons hésiter avant d’exprimer. Apprendre comment échanger. Car le monde blanc a imposé ses conditions à l’humanité : l’Histoire, selon ses conditions, a toujours été le besoin des autres.

10Ainsi, cette recherche de mots, ce balbutiement du transfrontalier, est quelque chose dont tout un chacun devrait faire l’expérience : une diaspora de la pensée, un éparpillement de soi ; dispersant les idées par delà les frontières comme autant de spores et de hasards optimistes ; disséminant ce qui est plein de promesses ; des graines … avant que les autorités frontalières ne volent nos vérités, et ne nous changent en stéréotypes du besoin et de la peur. Il me semble que ce soit une bien plus grande (t)erreur que d’être stéréotypé comme « authentique ». Ainsi l’histoire du franchissement des frontières a-t-elle changé. Il n’a jamais été aussi opportun, jamais plus nécessaire d’être pluriel, de raccorder l’avant-garde au social.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brian Castro, « Trafic illicite et le dollar du discours », Transtext(e)s Transcultures 跨文本跨文化, 1 | 2006, 14-16.

Référence électronique

Brian Castro, « Trafic illicite et le dollar du discours », Transtext(e)s Transcultures 跨文本跨文化 [En ligne], 1 | 2006, mis en ligne le 13 septembre 2009, consulté le 24 mars 2017. URL : http://transtexts.revues.org/160 ; DOI : 10.4000/transtexts.160

Haut de page

Auteur

Brian Castro

Brian Castro was born in Hong Kong of Portuguese, Chinese and English parentage and has lived in Australia since 1961. He is the author of eight novels, including the award-winning Shanghai Dancing. He has also published a volume of essays. His latest novel is The Garden Book. His novel After China is published in France as L’architecte chinois by Editions de l’Aube.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut d'études transtextuelles et transculturelles
  • Revues.org