Navigation – Plan du site

Introduction

Version française
Gregory B. LEE
p. 7-9

Texte intégral

1Ce journal s’inscrit dans la logique d’une tendance à outrepasser les frontières qui a vu le jour il y a une trentaine d’années dans notre secteur de la réalité sociale qu’est le « monde universitaire ». Ces frontières sont celles imposées par l’isolationnisme inébranlable de la plupart des disciplines académiques qui sont encore de nos jours ancrées dans les idéologies du dix-neuvième siècle. Cependant, les frontières, qu’elles soient spatiales ou temporelles, sont tout aussi répressives. Certaines de ces frontières, métaphoriques ou non, sont gravées sur la cartographie/l’imaginaire épistémologique dépassé du monde universitaire, ou du monde tout court. Comme Edward Said l’a si bien démontré dans sa critique de l’orientalisme, cette organisation et cette narration partiale de la connaissance excluent des pans entiers de cultures, d’histoires et de populations mondiales ; leur extrême différence et leur manque de discipline reconnaissable justifiant leur excision des disciplines occidentales, et par là universelles, telle que l’histoire et la philosophie. Ceci est particulièrement le cas en France où le système d’examens des enseignants de la fonction publique – tout personnel enseignant titulaire est fonctionnaire – perpétue par ses programmes cette idée du monde dépassée et sans vision. Mis à part le spectre de la « tradition », toujours inventée, l’autre influence contraignante plus immédiate vient de l’ingérence du gouvernement en matière de prioritarisation et de hiérarchisation de la connaissance depuis la deuxième guerre mondiale. Depuis le début de la Guerre Froide, la primauté et le patronage accordés aux sciences sociales, et à cet oxymore « la science politique » en particulier, ont déformé et déterminé la manière dont nous étudions, et dont nous finançons l’étude, du reste du monde.

2Dès les années soixante, une réaction contre une telle construction et un tel contrôle des activités universitaires s’est organisée, quand face à l’absence d’espaces, de textes et de contextes pour la réflexion et la connaissance non conformistes, on exigea que soient reconnues l’étude de la femme, celle du populaire et du quotidien, et plus généralement que soient abordées de manière spécifique les questions de race, de classe et de genre. Au départ on essaya de caser ces tendances dans des cours, et des écrits de « sociologie de » , mais elles se développèrent bientôt en non- et anti-disciplines pour aboutir à la création de départements et de programmes concernés. Dans la plupart des pays anglophones, en particulier en Grande-Bretagne, Irlande, Australie et Nouvelle-Zélande, ces tendances virent le jour dans les travaux de Raymond Williams dans le domaine de ce qui était alors la sociologie de la littérature et qui devait devenir par la suite les « Cultural Studies » ou Etudes Culturelles. A l’époque postcoloniale, l’élan vint de Césaire, Fanon et Memmi pour devenir les Etudes postcoloniales. Le marxisme occidental (Gramsci, Adorno, Benjamin) et le poststructuralisme français devaient faire partie de cette matrice post-disciplinaire. Toutes ces tendances venaient d’une anxiété face aux conditions réelles de la vie quotidienne et ses représentations déformées dans les discours universitaire et non universitaire. C’est ainsi qu’on ne soulignera jamais assez l’importance de la contribution critique cruciale d’un Lefebvre (de l’intérieur de la tour d’ivoire) et d’un Debord (de l’extérieur). Et pourtant, en France, de tels changements dans l’architecture épistémologique de l’éducation n’eurent jamais lieu. Le grand paradoxe universitaire français vient du fait que bien que beaucoup de ses intellectuels (Castoriadis, Lefebvre, Derrida, Foucault, Memmi, Irigaray) aient eu un impact iconoclaste majeur sur la topographie disciplinaire et la production universitaire du monde à l’extérieur de l’Hexagone, en France même, leur influence, ou la reconnaissance de celle-ci, a été minimale et marginale.

3Ce journal n’a pas pour but de définir, ou de redéfinir un champ d’études, même si ceux qui y contribuent se voient peut-être dans ce rôle. Son ambition, plus modeste et générale, est de faire le point des écrivains d’inspiration théorique et des universitaires de la communauté globale ainsi que de fournir un forum où imaginer de nouveaux cadres d’explicitation et de représentation du monde. Il ne s’agit donc pas de vouloir imposer un nouveau moule transdisciplinaire, ou un cadre épistémologique ou méthodologique d’Etudes Culturelles aux secteurs académiques qui, comme c’est le cas en France, n’ont pas encore été touchés par sa nouvelle hégémonie. Il s’agit d’offrir un espace à l’intérieur duquel différentes approches disciplinaires et différentes méthodes anti-disciplinaires s’affrontent pour capter l’attention du lecteur.

4La complexité de la totalité constituée par notre monde, ainsi que l’histoire de cette complexité, anéantit toute tentative d’adhésion à de prétendus cadres théoriques globaux ; la représentation spectaculaire de la mondialisation ne peut dissimuler le fait que la fragmentation que nous confrontons chaque jour rend impossible le réassemblage d’un imaginaire qui puisse représenter la totalité que nous devons appréhender avant que la réflexion théorique ne soit de nouveau possible. Tout ce que nous espérons c’est de parvenir à faciliter les échanges entre ceux qui pensent déjà de manière illimitée au delà des limites, ceux dont la propre position de sujet, ou celle des sujets dans la peau desquels ils se sont glissés, a rendu évidente et nécessaire un moyen de communication qui dépasse de la conformité des disciplines établies et de leurs organes d’autorité. Cela signifie que le projet de ce journal peut-être considéré comme contestataire, avec même un peu de suspicion ; cela étant, notre seul désir est qu’il ne soit pas moralisateur. C’est pourquoi il est possible que certaines sections monodisciplinaires se sentent menacées par notre projet. Il se peut même que nous nous heurtions de front aux disciplines « traditionnelles » elles-mêmes en cours de ré-invention, ou tout au moins en train de rechercher une justification à la continuation de leur hégémonie précaire et injustifiée.

5L’autre particularité de ce journal est son trilinguisme utopique. Afin de rassurer ceux qui craignent la domination de la langue des Anglo-Saxons – terme ô combien inapproprié pour ceux qui, bien qu’anglophones, ne sont ni européens, ni blancs - et afin de rendre justice en partie à la langue la plus parlée au monde, le lecteur trouvera des textes en chinois, français et anglais. Le langage verbal, tout comme visuel, est de nos jours manifestement estropié, étranglé et rendu orphelin par l’avancée de la consommation spectaculaire, un processus dans lequel la culture n’est plus que marchandise et le langage son boniment. Afin d’éviter de tomber dans la banalité représentationnelle de la critique superficielle de la réalité socioculturelle nous avons invité des poètes à participer au comité directeur de ce journal, tout en renonçant à faire l’apologie ahistorique et déhistoricisée du spectacle telle qu’elle est articulée par le discours académique établi. Nous espérons pouvoir contribuer à la contestation de conclusions critiques passées qui sont à présent érigées en piliers immuables de vérité respectable. Tout en nous efforçant de contester les principes contemporains et pourtant dépassés, nous voulons aussi offrir au lecteur la possibilité d’une diversion : le contraire de la citation.

6Enfin, nous estimons que la culture ne peut être simplement « culturelle », tout en évitant les hégémonies disciplinaires, notre critique de la culture est unifiée en cela qu’elle a à voir avec toute la culture, sa connaissance aussi bien que sa poésie, et qu’elle est indissociable de la critique de la totalité sociale. Le but final de cette publication est de devenir obsolète. En d’autres termes, que le besoin de procurer un espace spécial et spécifique pour ce que nous qualifions de « transculturel » soit transcendé. Il ne s’agit donc pas d’établir une nouvelle prison disciplinaire mais plutôt de rendre inutiles de tels établissements.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gregory B. LEE, « Introduction », Transtext(e)s Transcultures 跨文本跨文化, 1 | 2006, 7-9.

Référence électronique

Gregory B. LEE, « Introduction », Transtext(e)s Transcultures 跨文本跨文化 [En ligne], 1 | 2006, mis en ligne le 13 septembre 2009, consulté le 24 mars 2017. URL : http://transtexts.revues.org/157

Haut de page

Auteur

Gregory B. LEE

Gregory B. Lee is Professor of Chinese and Transcultural Studies at the University of Lyon 3. He is a graduate of the School of Oriental and African Studies, London and of Peking University. He previously taught at the universities of Cambridge, London, Chicago and Hong Kong. His research interests include cultural and intellectual history, Chineseness, the postcolonial, ‘minor’ and ‘marginal’ culture, diasporic memory and the impact of globalization on all of these. His most recent book is Chinas Unlimited: Making the Imaginaries of China and Chineseness. He is currently completing a manuscript on the culture and politics of China’s Long Decade :1979-1990.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut d'études transtextuelles et transculturelles
  • Revues.org